poulet-métaphore

Le poulet, c’est la vie !

Le poulet, c’est la vie !

Le poulet, c’est la vie !

Le poulet, c’est la vie !

C’est quoi ce bordel ??!!!

hein … quoi ?

Ok … Ok

Je vous explique, en fait le poulet est pour moi une métaphore de la vie. Trop simple ? La question que j’ai envie de poser et pourquoi faire trop compliqué ? Déjà que j’utilise constamment mes méninges pour planifier mes journées :

euh … lire … une BD

jouer à la console

matter un film, peut-être une série, on verra selon l’humeur,

Manger, quand même ! …

Bon arrêtons de plaisanter et laissons place à l’explication de l’image.

poulet-métaphore

Commencons par la peau.

Il y a des choses dans la vie qui sont sources de plaisirs, mais qui parfois nous apportent un lot de « plaisirs » dont on voudrait bien se passer, se manifestant généralement plus tard.

Par exemple les sucreries, les chips, jouer à la console, procrastiner …

Ce sont toutes des « activités » qui nous procurent une sensation de bien-être tout comme la peau du poulet … humm, c’est bon ça ! Mais ce n’est pas très bon pour la santé, pas du tout !

Par exemple si vous mangez trop de sucreries (genre produits raffinés comme les barres chocolatées, les M&M’s …) elles vous procureront du bien sur le moment, mais arrivé plus tard, vous ne vous sentirez pas très bien et contracterez, peut-être, dans le pire des cas, des maladies.

Encore un autre exemple : Vous devez remettre un dossier à votre hiérarchie, mais vous n’êtes pas très emballé. Que faites vous ? Vous procrastinez ! Et en attendant vous allez voir des amis, surfer sur le net, regarder un film … donc se passe très bien sur le court terme et vous apporte quand même un certain plaisir. Problème : arrivé à un certain moment où vous devrez vous attaquez à votre dossier mais faute de temps, vous le baclez, votre hiérarchie s’en rends compte et vous êtes réprimandés avec à la clé une « étiquette » : mauvais employé, et voire une répercussion sur votre vie professionnelle.

Débarrassez- vous de cette peau et vous serez bien mieux ! Il vaut mieux ne pas avoir de conséquences négatives du tout plutôt qu’avoir un plaisir de courte durée suivie de conséquences négatives. Vous pouvez parfois vous accordez quelques plaisirs mais mesurez-les et n’y prenez pas goûts !

 

Ensuite vient la chair. C’est bon, ni plus ni moins, pas une explosion dans la bouche (quoique dépends de la façon dont on le prépare) mais c’est bon, ça ne fais pas de mal et c’est bon pour la santé. Que demande de plus le peuple !!!

Dans l’alimentation : on peut penser aux légumes, niveau goût on peut trouver mieux, c’est pas mauvais (tout dépends encore de la façon dont on les prépare), et c’est bon pour la santé.

Au niveau des pensées : les pensées positives, elles ne vous apportent pas grand choses dans l’immédiat (quoique …) mais auront de grandes répercussions sur le long terme.

Au niveau personnel et professionnel : des tâches qui doivent être faites, qui ne sont pas sexy sur le moment mais qui vous feront du bien par la suite (le fameux dossier).

Ne vous privez pas de la chair du poulet, il faut la consommer en grande quantité, aucune restriction !

 

Puis arrive les os et le cartilage : ça ne sert à rien, on le jette !

Ils n’ont aucune valeur nutritives (très faibles) et il faudrait un certain effort pour profiter de ces faibles apports nutritionnels (broyer les os et le cartilage avec vos dents de mastodontes).

Ces os et cartilages peuvent représenter certaines tâches qui occupent un temps monstrueux mais qui au final n’apportent pas grand chose, si ce n’est rien.

Les pensées négatives, le comportement négatif, les émotions et sentiments négatifs : ils ne vous apportent rien du tout, mais alors rien du tout : ils ne servent à rien mais bizarrement des personnes s’y accrochent, se les approprient. Pourquoi ? Je ne sais pas, il faudra aller leur demander…

Débarrassez-vous en au même titre que la peau et soyez inflexible. Des personnes me diront que c’est un comportement normal, que personnes ne stockent leurs os, pardi !

Et bien, je leurs réponds que c’est le même tripe avec les pensées négatives par exemple. Pourquoi stockons-nous les pensées négatives comme des os qui n’ont aucune valeurs. Cela prends de la place pour rien et nous fais plus de mal que de bien.

Le sourire de mes interlocuteurs s’effacent alors … et se disent que sur le moment, c’est le comportement qu’ils adoptent parfois concernant les pensées négatives

Votre travail est d’enlever la peau, on peut la consommer de temps en temps mais attention aux excès et donc aux conséquences, il vous faut bien sur garder la chair et dans le meilleur des cas la sublimer, puis il reste les os et le cartilage qui ne vous servent strictement à rien : débarrassez-vous en !

Si cet article vous a aidé, même un tout petit peu, partagez le et récompensez moi par la même occasion !